Timeline

Ce n’est pas une défaillance de votre ordinateur…

… N’essayez donc pas de régler l’image.

4 ans mes aïeux, 4 années depuis la dernière bafouille et que de changements !

Une autre ville, une autre vie, 3 autres jobs, dont une reconversion et une virée par l’entrepreneuriat, une personne de petite taille en plus dans le foyer, un futur mariage, des kilos de gras devenus muscle redevenant petit à petit gras (« Rien ne se perd tout se transforme » comme disait Framboisier des Musclés).

Faisons comme si je sortais d’un long séjour en cryogénie (ce qui est quasiment le cas niveau information), quelles sont les news du monde depuis 2103 ?

Hum … attentats, débâcle politique française comme internationale (dédicace au mec au toupet orange vif), débâcle humanitaire, déni de l’Histoire avec les migrants, montée du racisme et du renfermement mondial, ouragans, déni des avancées du droit social, grèves. Rien de neuf dans le monde somme toute, sauf qu’on le sait dans la minute désormais, Joie.

Après mes proches s’étonnent que je ne sois quasiment plus sur Twitter, Facebook etc. ni ne suive les fils de news. Je tiens à ma santé mentale les gars ! Déjà qu’en tant que jeune parent tu luttes pour tout gérer et avoir 1h à toi dans la journée, on est pas là pour se farcir des couches de déprime en sus, pas le temps de niaiser !

Ma connexion au monde passe désormais par Youtube qui est devenu mon miroir déformant, ma bulle de contenu choisi mais aussi un fléau comme le fut jadis la télévision. Je retombe dans les mêmes travers compulsifs de collectionneur fou qui dévore les créations de cinéastes passionnants que je découvre de liens en liens sur des thématiques aussi variées qu’exotiques : Du jeune forgeron anglais débordant de positivité et d’énergie, au réparateur hypnotique de machine anciennes, au cousin collectionneur de jeux vidéos rétros, au critique de film amateur éclairé, en passant par le fan hilarant de comics, le français déjanté du bout du monde fan d’urbex et de nourriture, à la future comique énergique qui va cartonner, et par le maître survivaliste muet qu’il faudra retrouver rapidement et surtout ne plus lâcher en cas d’apocalypse zombie et/ou nucléaire.

Et je vous passe les 95 autres, car j’ai découvert – un peu tard mais moins que d’autres – le futur de la VOD et de la consommation d’images, ce dont tous les médias vont se faire les gorges chaudes d’ici 2 ans : La communautés des streamers. Avec la fin du modèle magique Youtube et du Pewdiepiegate, la politique agressive d’Amazon pour pousser Twitch via les abonnements Amazon Prime, de plus en plus de cinéastes se tournent vers cette solution de repli, plus rémunératrice mais plus dangereuse car sans filets et complètement incompréhensible de prime abord.

Comment peut-on se satisfaire de regarder 1, 2, 3 , 4h de live d’une personne jouant à un jeu lambda ? Moi même en bon vieux con nés dans les 70’s, je faisais partie de la plèbe ignorante, tel un JRI de TF1 mettant en garde les moutons du 20h de moins de 50 ans des dangers extrêmes des jeux vidéos.

Et bien la raison est la même que pour n’importe quelle émission de télévision ou de radio. Même si le concept est basique, c’est l’animation et le talent de l’animateur qui font 99% de l’intérêt, de par sa verve ou son talent à la souris / manette.

Dans les années 90’s je faisais partie de ces ados qui passaient 2 à 4h par soir à écouter les Libre Antennes de Fun Radio, du Doc à Max parce que soit j’apprenais des choses, soit je passais un bon moment, soit parce qu’ils avaient su créer un monde, une personnalité qui me touchait. Tous comme les 9/10ème des Youtubers que je suis actuellement d’ailleurs. Sur Twitch également, il y a des hommes et des femmes qui ont également su se créer un monde, un biais, une personnalité,une communauté alors que le principe de base est le même : Une personne financées par ses abonnements et les dons sur fond vert qui joue à un jeu et qui s’y incruste, tout en commentant ses exploits ou ses loupés.

  • Jiraya raconte sa vie avec moults anecdotes, digressions, exagérations, il s’amuse des mots, c’est le conteur.
  • MisterMV dit l’Ancien c’est le spécialiste des jeux obscurs, avec la posture volontaire du looser, des blagues qui parlent beaucoup à ma génération, un sens absolu de la dérision et des punch lines à gogo qui collent au cerveau comme un chewing gomme à tes tongs sur cette plage brûlante de Copacabana.
  • Zerator, c’est le Norman du game dans le sens patron du twitch FR, passez au delà de son style très « vocal » et vous découvrirez un être d’une intelligence rare qui essaye de réhabiliter l’image des jeux vidéos, des « gam3rs avec un @ » auprès du grand public (voir l’article sur le succès du Z Event), un mec avec la tête sur les épaules qui démontre qu’on peut être professionnel et que streamer/caster est un vrai métier.
  • Playerlambda aka HenryMichel le touche-à-tout insatiable (podcast / journalisme / stream en plsu de son vrai métier oO) spécialiste des speed runs de 3h sur les 4 premiers tableaux de Dark Souls.
  • Et puis de là, poussez voir Alphacast le meilleur streamer FR spécialiste d’Overwatch et sa posture pédagogique, allez voir Zankioh qui pourrait facilement faire La Nouvelle Star vu sa connaissance encyclopédique des paroles de chansons moisies, Gotaga Le Pro Gamer Vétéran ou le petit Kenny qui fait dans le serious gaming tout en déconnant, où LoserFruit une joueuse australienne d’Overwatch à la posture so british.

Bref perdez-vous !

PS : Et si vous ne voulez pas tenter des sessions de 4h, tous ont des chaînes Youtube (il n’y a pas de petits profits ^^) avec des best-ofs de leur stream

 

 

 

 

 

Une zombien belle année

Constatant avec effarement la date du dernier post de ce « blog » – « so 2005″ ce terme – (so 2011 cette expression) je me devais de réagir en unissant les forces encore vives et néanmoins unies de mon esprit amoindri.

Hors donc depuis 2012, j’ai une fois de plus changer de vie, ce qui devient une habitude fâcheuse  pour qui dépasse la 35aine (oui ce terme n’existe pas mais je fais les fôtes qui me plaisent mon p’tit pote).

Me voici donc résident de la bonne vieille ville de Bordeaux, ville pourtant honnie depuis mes escapades vidéoludiques de 2001 #Burdigalanreprezent – qui a su se métamorphoser du tout au tout en 10 ans pour devenir un petit bijou.

Au niveau professionnel, rien à dire, où plutôt si : Ce taff aura ma peau.
Mais il aura l’avantage d’apporter un jalon en béton dans mon CV qui se targue d’être au fil des années plus proche d’une encyclopédie Larousse que du post-it.

Je pourrai vous narrer la qualité de vie bordelaise, la plage proche, la douceur du climat, les restaurants fabuleux, les sorties rares mais intenses, un appartement de fort belle facture bien que résolument trop moquetté, mais je vais tenter la concision :

Ce serait vraiment parfait si j’en profitais réellement.

Trop de questions en suspend, trop d’incertitudes : Madame aura-t-elle un travail qui lui convienne ? Vais-je enfin pouvoir profiter du peu de temps libre à ma disposition ? Le sport accusateur de par son omniprésence me fera-t-il rompre mes 20 ans de devise Churchillienne (« No sport ») ? Sommes-nous seuls dans l’univers ? Pourrais-je finir à nouveau Final Fantasy 7 et Baldur’s Gate ? Mon foie tiendra-t-il face à tous ces bars pourvoyeurs de bières belges ? Vais-je retrouver l’amour de la lecture avant la retraite ?

En bref, j’ai passé l’année 2012 et 2013 enfermé dans le monde pro, tel un zombie en costume mais je compte bien me venger en 2014.

Cochon qui s’en dédit.


Megamix 2012 des perles de Youtube

Alors que la plateforme de vidéo préférée des utilisateurs de Free (…) nous sort une vidéo « Rewind 2012″ qui se laisse regarder en mettant en scène leurs « stars » de l’année :

Des internautes en mode « underground dogz » nous pondent le best of des vidéos musicales françaises de 2012. Et le résultat est … surprenant.

Et au delà de SuperXavXav que vous avez pu voir traîner ici bas, j’ai eu la joie de découvrir Mémé Gangsta ou le rap version octogénaire :

Mary-L ou la chanson boom boom façon quinquagénaire au bistouri

Bref de quoi enflammer les dancefloor de vos réveillons bobos et néanmoins funky.

Le 7ème Art des Internets

*kof* *kof* Y’a de la poussière par ici.

Pour vous remettre en joie, voici une petite sélection musicale de derrière les fayots !

On attaque par la quintessence du son savoyard avec Rémi Rouillon et sa bagnole

On enchaîne avec SuperXavXav un petit jeune prometteur aux rimes acerbes.

Et on fini par une parodie mi-Gangnam Style mi-caméra cachée mi-ComicCon mi-molette mettant en scène Deapool le super héros barré.

MEGA BONUS PROMO !

En parlant de Comic Con et de caméra caché la version Comic Con 2012 du gars KasseemG est d’une violence sans nom … surtout le passage avec la pauvre Wonder Woman à 2min qui se fait déchirer sur son physique (Anglais skillz needed)

Retour vers le futur

Le rêve de tout un chacun, parler avec son « soi » jeune du passé ou « vieux » du futur viens d’être réalisé avec une interactivité feinte avec brio par Jeremiah McDonald. Petit bonheur.


via @lapin_blanc

La chanson prise de tête du moment : Call Me Maybe

Voilà LA chanson qui une fois entendue squatte votre cerveau à jamais pire que Papayou ou Le Petit Bonhomme en Mousse. J’ai toujours eu un immense respect pour les êtres capables de faire ce genre de nuisance musicale. C’est du Grand Art !

Version originale de Carly Rae

Version qui chatoye à l’oeil et provoque de violentes fractures rétiniennes par les cheerleaders de l’équipe de Foot US des Miami Dolphins \o/

La version canine … no comment.

Kassdédi à Satch \o/

Echelle Folie / Jours du mois

Les fans de la série How I met Your Mother ne seront pas surpris, pour les autres, rappel :

Barney Stinson le dragueur invétéré du groupe d’amis héros de la série, a inventé une théorie qui tend à dire que plus une fille est jolie plus elle a tendance à être folle et qu’il y a un point de non retour à ne pas franchir, un juste équilibre entre les deux.

Voici ma contribution à la cause masculine pour ceux qui souffrent en silence, l’échelle Folie / Jours du Mois des filles. Je vais bien sûr me faire insulter mais « seuls les vrais savent »©

/bow

Dedibox / Online où les petites magouilles d’une filiale de Free

Je vais vous raconter une histoire vraie qui m’a coûté cher et comme j’aime moyennement être le dindon de la farce, j’espère que ma mésaventure pourra servir à d’autres.

Fin mai dernier, j’ai la désagréable surprise de voir mon compte personnel dans le rouge d’une centaine d’euros, ce qui a du m’arriver 2 fois en 20 ans de « vie bancaire ». Une rapide vérification des dernières opérations de débit montre un prélèvement de 83.68€ de la part de la société DEDIBOX SAS.

Problème : Je ne connais pas la société DEDIBOX SAS et je n’ai en aucun cas autorisé / signé un quelconque prélèvement.

Après recherche via l’interface de gestion de ma banque, je découvre avec horreur que ladite société – filiale de Free qui opère désormais sous le nom d’Online.net en tant que fournisseur de serveurs / hébergement – me prélève en douce cette somme (ou quasiment) depuis 3 mois.

(Cliquez pour voir en grand)

Mon compte personnel n’autorise à ma demande que 3 prélèvements automatiques et ce depuis 10 ans : Les impôts / Free Internet et depuis fèvrier 2012 Free Mobile.

Je contacte en premier lieu mon banquier préféré qui m’explique embarrassé que légalement ma banque n’est obligée de me rembourser des prélèvements indus que dans la limite des 8 dernières semaines, ce qui me remboursera 2 des 3 prélèvements; et qu’il me faudra donc contacter la société DEDIBOX pour me faire rembourser ce premier prélèvement daté de mars 2012 de 82.05€. Il ajoute qu’il bloque immédiatement les prélèvements de la société et que malheureusement ce blocage n’est valable que pour 1 an. A moi de bien surveiller mon compte l’année prochaine.

Le mardi 5 juin, j’appelle donc le service commercial de DEDIBOX et cela donne ceci :

  • Moi (mi courtois mi ferme) : « Bonjour M., je me permets de vous appeler car vous me prélever depuis mars dernier de façon mensuel une forte somme alors que je ne vous ai jamais rien signé et que je ne vous connais pas. »
  • Conseiller client Dedibox (très agressif) « Monsieur je ne vous connais pas, je n’ai aucun moyen de savoir qui vous êtes et je ne vous donnerai par conséquent aucune information par téléphone !« 
  • Moi « Mais j’ai mes relevés bancaire, mon numéro de compte et les numéro de transactions !« 
  • Conseiller client Dedibox (agressif) « Monsieur il faut vous tourner vers votre banque !« 
  • Moi (énervé) « Mais comment est-ce possible que vous me préleviez sans mon autorisation sans que je vous connaisse ?« 
  • Conseiller client Dedibox (agressif) « C’est peut être une fraude ! Je ne peux rien faire par téléphone.« 
  • Moi (désemparé) « Monsieur, j’ai déjà fait les démarches auprès de ma banque, j’ai fait bloquer vos prélèvements, c’est ma banque qui me renvoie vers vous sachant qu’elle ne peut me rembourser que 2 prélèvements sur 3 ! Ça tourne en rond ! »
  • Conseiller client Dedibox (étrangement radouci) « Monsieur, la procédure normale c’est que votre Banque va lancer une enquête et qu’elle se tournera alors vers nous. Laissez faire !« 
  • Moi (En mode noob crédule) « Ah ? Ok alors donc il n’y a rien à faire de votre côté ?« 
  • Conseiller client Dedibox (rassurant) « Non monsieur, rien par téléphone, laissez faire votre banque. »
  • Moi (dépité) « Ok … au revoir Monsieur. »

Bien évidemment suite à ce coup de fil, je rappelle mon banquier qui m’assure que le coup de l’enquête » est du pipotage total et qu’il va falloir – vu l’attitude de Dedibox – me tourner vers la justice si je veux me faire rembourser.

Dégoûté je sens bien que les frais de justice seront bien supérieurs à mes 82.05€ et me résous à leur dire adieu. Mais comme je suis têtu, je décide de jouer les détective du pauvre et découvre que DEDIBOX n’en est pas à son coup d’essai concernant les prélèvements magiques : Déjà en 2008 on s’en plaignait, et en fouillant Google on trouve aussi d’autres cas malheureusement plus en cache, le changement de nom de domaine et d’adresse de forum expliquant cela.

Autre fait troublant la somme prélevée sur mon compte ne correspond à rien, à aucune offre à paiement mensuel proposée par Online, même TTC. La preuve :

Bref de là à dire que DEDIBOX / Online fililale de Free échange les RIB de ses clients avec la maison mère pour se faire de l’argent de poche, il n’y a qu’un pas que je serai bien tenté de franchir allègrement vu ma mésaventure…

[EDIT] La banque vient de m’appeler en me signalant qu’en effet le droit de retour / contestation / remboursement sur des prélèvements frauduleux est bien de 13 mois et non pas 8 semaines comme initialement annoncé. Ils vont donc me rembourser mon mois de Mars. Joie.

En revanche côté Dedibox les prélèvements sont toujours actifs (nouvelle tentative rejetée le 15/06) et donc vu que mon opposition ne dure qu’une année, je vais tout de même envoyer ma Lettre Recommandée avec Accusé de Réception afin d’y mettre fin.

[EDIT 2] Une personne de chez Dedibox m’a appelé ce jour pour m’expliquer – un peu agressivement au début (ça doit être une politique d’entreprise) – que son conseiller client était tout à fait compétent (OLOL) et pour m’expliquer tout ce que je savais déjà … mais pas grâce à eux. Un peu tard pour dialoguer donc. Dommage.

Je ne pense pas qu’ils fassent quoi que ce soit de leur côté avec ce « client » qui usurpe non seulement mon RIB mais mon identité pour payer un service à plusieurs options (d’où la facture mensuelle étrange). Au moins ce coup de fil m’aura appris cela. De toute façon leurs prélèvements sont bloqués à la banque et j’ai été intégralement remboursé ce jour par cette dernière du prélèvement de Mars dernier.

Merci Twitter, merci le service juridique de mon assurance, merci aux commentateurs malins.

La suite dans un an au pire …

[EDIT 3] Les boîtes d’e-réputation – où les employées zélés – qui veulent me faire changer le titre de cet article à coups  de commentaires « anonymes » bienveillants – en utilisant la même IP – ne vous fatiguez pas, je ne changerai strictement rien. Des bécots à votre client/employeur par contre.

Les crocs.

C’est à peu près le sentiment partagé par un paquet de vieux briscards des MMORPGS – ou Meuporgues pour les journalistes compétents – à l’annonce des premières beta du seul jeu en ligne qui semble intégrer 10 années de bonnes idées dans le secteur : Guild Wars 2.

Au chapitre « Mes devs sont malins » on citera :

– 3 factions ENFIN 10 ans après l’illustre DAOC, un éditeur comprend que l’existence d’une 3ème faction change TOUT dans des combats en apportant un facteur d’imprévu bien fun et qu’on sort du manichéisme américain de base « Bien VS Mal ».

– Un système pour aller taper sur la tronche du voisin ou aider un ami plus petit niveau ou plus grand en niveau que vous sans la traditionnelle « barrière du niveau ». Bref une mise à niveau automatique de votre personnage au niveau max ou mini suivant la zone, fini les « battlegrounds » réservés par niveaux. Tout le monde est utile à n’importe quel niveau.

– Le système Monde Vs Monde Vs Monde qui oppose non pas trois factions au sein d’un serveur mais 3 serveurs les uns aux autres. Titanesque !

– Un système de talent qui évolue en fonction de l’arme utilisée, du terrain (sous l’eau ou non)

– Des sorts complémentaires entre les classes.

– Des classes de personnages protéïformes permettant de sortir de l’étroitesse du combo ancestral tank-support-mage en s’adaptant à la situation, marquant ainsi la fin de l’attente interminable pour monter un groupe « viable ».

– Aucun abonnement mensuel

Bref de la win en barre. Je vous tiens au jus.

Il y a des jours, des mois et des années …

… interminables où il ne se passe presque rien. (D’Ormesson).

Je vous ferai grâce de la suite car elle ne s’applique pas à mon propos, alors que nous voici à la fin de ce quatrième mois d’exil volontaire en terres natales. Ainsi, nous partîmes deux avec moult espoirs et raison quand par un prompt renfort nous nous vîmes un seul en arrivant au port de la vie professionnelle et sociale.

Votre serviteur dans le rôle du naufragé social. Perdu entre des vieux amis désormais « adultes » quasi mariés et surtout parents qui s’autorisent une sortie en célibataire par an pour contre-balancer leurs week-ends « foufous » où ils font venir les « sans enfants » dans leur fief, évitant ainsi habilement la corvée de 250 kilos de bagages à transporter, de la layette Simpsons au youpala en chêne massif.

Continue Reading