Claques made in France

Claques made in France

By Lion

Le phénomène est tellement rare que je me permets de m’en émouvoir : Depuis 20 ans le cinéma français me déçoit et tombe dans la pitrerie vulgaire et décérébrée – qui à dit Bienvenue chez les Ch’tis ? ou Camping ou encore La Vérité si je mens / Taxi / Le boulet etc …-  et rien ou presque n’arrive à me toucher où à faire vibrer ma corde sensible.

De mémoire depuis 1992, les films hexagonaux suivants ne m’ayant pas fait regretter d’avoir débourser quasiment 10€ sont :  La Cité de la Peur Le Dîner de Cons / La Haine / Amélie Poulain / La Classe Américaine / Bernie / Le Coeur des Hommes / Astérix Mission Cléopâtre / Le Convoyeur / Contre-Enquête / OSS117 et l’excellente série Braquo. Ce qui fait une moyenne d’un film / série français qui sort du lot tous les deux ans ou moins … C’est limite.

Et puis cette fin d’année, déclic, je tombe au hasard sur Micmacs à Tire l’Arigot dans la lignée d’un Amélie Poulain avec un Dany Boon qui cette fois ne s’auto-parodie pas et qui malgré sa happy-end reste un petit ovni. Et puis Intouchables explose au point que les 3 séances complètes nous poussent dans les bras de Polisse. Grosse claque – avec deux acteurs jouant les rôles titres dans Braquo – qui ne tombe pas dans le misérabilisme et le sensationnalisme, un docu-film qui prend au tripes et laisse le spectateur songeur.

En parlant de documentaires, hier soir, rattrapant mon retard je m’enquille deux docu sur les tournages du sieur Kassowitz qui reste pour moi et malgré ses sentiments l’homme derrière La Haine bien loin devant le barré Assassin(s) (sauf la scène parodiant Hélène et les Garçons mode trash qui est culte) et les moisies Rivières Pourpres. N’ayant pas vu Gothicka ou Babylon A.D (les bande annonces m’ayant laissé de glace) je ne juge pas.

Donc je tombe sur ce documentaire retraçant le fiaso Babylon A.D avec un Kassowitz perdu au milieu de producteurs US rigides ou absents, de décorateurs à la ramasse et affublé d’un Vin Diesel qui oscille entre gros con / wannabe réalisateur et star capricieuse. Une jolie claque sur l’enfer du cinéma qui – malgré les sautes d’humeur Kassowitzienne un peu « too much en mode tête à claques » laisse percevoir – cernes et amaigrissement à l’appui – un homme acculé, coincé dans son propre film essayant d’avancer coûte que coûte, soutenu uniquement par ses actrices et les équipes françaises.

Fuckin Kassowitz

Et puis sur ma lancée j’enchaîne sur le documentaire retraçant les coulisses de son dernier film l’Ordre et la Morale, film historique sur le massacre d’Ouvéa de 1988 et l’épisode indépendantiste Kanak. Ici le producteur est à fond derrière son réalisateur, la charge émotionnelle est plus positive, de l’enfer collectif de Babylon A.D on passe à l’expression d’un enfer personnel, une purge bénéfique comme pour colmater les dégâts de l’Histoire. Kassowitz est toujours aussi dirigiste mais beaucoup moins dans la colère que dans le rush mêlé de pauses humaines fortes, ayant décidé de travailler avec des acteurs Kanaks et ou issus de famille de Kanaks ayant vécu l’épisode tragique.

Le tout avec en toile de fond le sentiment collectif d’unicité des insulaires, cette proximité entre Tahitien qui accueillent le tournage et Calédonien qui le vivent. Fort, vraiment très fort.

Extra Bonus

La chaîne Dailymotion de Kassowitz propose l’intégralité de la Classe Américaine, film qui se trouve sous le manteau depuis 15 ans pour des raisons débiles de droits d’auteurs. Profitez-en pour vous faire un rattrapage de film de culte !

 

Dans le même genre :

2 Comments Leave a comment

  1. Tu marques Astérix mission cléopatre dans ton listing de films qui ne t’ont pas déçu, y aurait-il un bug dans la matrice ?

  2. Non y’a pas de bug, Alain Chabat tu peux pas test :)

Share your thoughts