Sauvez Willi ou La brêle et la Kate

Sauvez Willi ou La brêle et la Kate

By Lion

Dans quelques heures – ceci est un article écrit de nuit ami lecteur car insomnie je crie ton nom … suivi d’une insulte évoquant une femme de mauvaise vie – les yeux du Monde se détourneront des bombardements Libyens – vitrine du matériel militaire français môssieur ! – et des caprices de Fukushima – vitrine du matériel civil japonais môssieur ! – mais aussi des discours jour/nuit/jour/nuit de notre bon roi Nabot 1er sur le contrôle du Grand Internet faisant internationalement de la France un modèle de démocratie juste après la Chine.

Mais je digresse « graisse » donc les yeux du Monde se tourneront vers deux connauds élèvés avec une cuillère en argent dans la bouche et une louche en or dans le fondement.

Pourtant pour le mariage de mon cousin Eudes, il n y’a pas eu tout ce battage médiatique – en dehors du camescope VHS d’oncle René – et pourtant le marié était mayor de la Taverne Maître Kanter de Noeux-Les-Mines et sa femme avait été élue Miss Limousin 1998, une bonne année pour la blanquette et le foot.

D’après mes sources téléphages, cela fait donc plusieurs jours que toutes les chaînes du monde font de l’information-kilomètre sur le mariage conte de fées entre de part et d’autre et sans aucun respect des fucking convenances :

Willi : Jeune boute-en-train – futur héritier du trône d’Angleterre si Papa se lance dans une course poursuite endiablée en merco – qui contrairement à son frère qui aime à taquiner subtilement le point Godwin lors de ses soirées déguisées, avec son désormais célèbre costume bon enfant d’officier SS, est un croisement subtil entre un roux et un playmobil.

Pour nympho, il est fils de la Bête Charles Paraboles Canalsat De Galles l’adorateur des monsieur-dames au nom très proche de Parker Lewis – [scraaaatch] un chewing gum monsieur Koubiak? – et de Diana Reroll de Mère Thérèsa, la Belle du Pont de l’Alma avec ses problèmes de carosse.

Katy : Jeune roturière, qui contrairement aux canons du genre littéraire sus-mentionné en introduction n’est ni une pauvre servante façon Princesse Sarah ni une fille de ferme ou une jeune bergère façon Candy mais l’héritière d’une fortune considérable permettant à Papa de péter dans des draps en peau de dauphin et d’avoir des pantoufles en testicules de dodo.

Sauf qu’elle n’est ni Comtesse De Cornouailles ni Duchesse du Cheesecake Enchanté, donc ça coco la rend nettement plus proche du peuple t’vois ? On lui passe donc allègrement le fait qu’elle fasse ses courses au Monop’ du coin en aéroglisseur en diamant, mette des strings à 8 SMICS de chez Zadig & Voltaire – roman préféré de nos hommes politiques les plus érudits – et se permette au breakfast de tremper dans son thé aux feuilles d’or, du homard fourré caviar aux truffes. Tout le talent culinaire anglais résumé en une phrase.

D’ailleurs stoppez les rotatives ! Un information vitale piqué dans la timeline Twitter d’un lecteur de Voici / Gala / Grazia / Le Pèlerin / Caravane Magazine [rayez la mention inutile] vient de tomber : La soeur de Kate se prénommerait Pippa… PIPPA Seriously!

Au delà du fait qu’elle a une chance inouïe d’être anglaise – 89% des français considèrent que c’est la seule grande bretonne qui puisse considérer cet état de fait comme étant une chance, selon un sondage BVA-Ipsos-Ma concierge pour Familles de France – car elle évite les blagues françaises à base de « La Pippa combien ? »« AHAH tu dis rien ! Tu ne PIPPA mot » hum hum. Malgré tout soyons honnête, son prénom n’est pas sans rappeler le cri international du Pokémon jaune (chargeur de piles rechargeables à ses heures perdues) le plus célèbre du monde.

Tout ça pour dire qu’il faut absolument virer le gros Elton et inviter Kanye West à ce mariage ! Juste pour avoir ce plaisir indicible au moment fatidique de la remise de la pantoufle de verre des alliances de le voir s’élancer dans la foule micro à la main pour lâcher un : « HEY KATE I’M REALLY HAPPY FOR YOU I LET’YO FINISH BUT DIANA HAD THE BEST WEDDING EVER ! » © QuotiLOL

Personnellement pendant que Nelson Montfort lancera en direct les notes artistiques du juge roumain sur la robe de la promise et que Robert Namias tentera vainement de retirer le balai en titane coincé depuis 50 ans dans son postérieur, j’irai boire mon traditionnel petit pot de miel de houblon du lundi / mardi / jeudi / vendredi [ne rayez rien, il n’y a aucune mention inutile] dans mon pub préféré…

Ou pas.

[Edit] Tout ça pour finir déguisé en Spirou avec des badges tout moisis.

Via Nekkoto

Dans le même genre :

2 Comments Leave a comment

  1. Bon eh bah excuse-moi de te demander pardon mon ptit Lion, mais cet article manque cruellement d’investigation !
    Le Windsor qui a taquiné du point godwin, c’est point le sieur william, mais bel et bien son petit frère (enfin frère, sur le papier quoi) le bien nommé « dirty harry » qui était même mineur au moment des faits.
    (ça lui aura valu une soufflante de mémé babette II et un stage en académie militaire)

    Quant à la frangine de la mariée, la fameuse Pippa(sol), évidemment que c’est PAS son prénom.
    C’est un surnom puisqu’elle s’appelle en réalité Philippa. (c’est pas mieux, on est d’accord)

    Voilà et pour finir, petit détail, tu parles d’échanges d’alliances, sauf que seule la mariée en porte une.
    Je sais, ça fait beaucoup d’infos à digérer.

    (Stephane Bern sortira de mon corps tout de suite après la rédaction de ce commentaire. Don’t worry)

  2. @Vaness : Oui tout à fait, ça se voit que je m’en cogne vraiment donc 😉

Share your thoughts